Le forum de zelda-twilight
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 .

Aller en bas 
AuteurMessage
Haseo
Fondateur et administrateur
Fondateur et administrateur
Haseo

Masculin Nombre de messages : 1705
Age : 27
Localisation : Pourquoi je serait obligé d'être localisé ???HEIN ???? Ca m'énèrve ça !
Date d'inscription : 07/04/2006

. Empty
MessageSujet: .   . EmptyDim 5 Oct - 18:55

Fiche lecture Candide



Titre : Candide

Auteur : Voltaire, philosophe du siècle des lumières, auteur de romans, lettres, article de l'encyclopédie, poème ou encore conte philosophique.
Il a écrit entre autre L'histoire des voyages de Scarmentado, Zadig ou la destinée, le dictionnaire des lettres philosophique, comme la lettre sur la torture, L'ingénu, Candide, ou encore Micromegas.
Il critiquera de nombreuses institutions comme la monarchie absolue de droit divin, la place de l'église dans la société, la torture, la guerre, ou encore le racisme et la traite des esclaves.

Date : Parution en 1759 à Genève

Genre : conte philosophique, roman picaresque, d'apprentissage = Le personnage principal, naïf, part en voyage pour découvrir la nature de l'homme et en tirer un enseignement. Dans « L 'Histoire des voyages de Scarmentado », le personnage, à la fin de son adolescence, part en voyage pour entreprendre ses études. Il découvrira alors l'horreur humaine, avec l'esclavage, la torture, la violence, les injustices, etc...

époque : siècle des lumières, XVIII° siècle. Le siècle des lumières regroupe en ensemble d'auteur, de philosophe, comme Voltaire, Diderot, Dalembert, ou encore Rousseau, qui par des écrits vont tenter d'éclairer les hommes, de développer leur esprit de raisonnement sur divers sujets comme l'autorité politique, la guerre, l'esclavage, ou l'église. Pour ce faire, des lettres, inventions, roman, contes philosophique ou encore traités seront écrit. L'œuvre principale et la plus représentative de cette période est l'encyclopédie, ouvrage exigent, rédigé par Diderot et Dalembert, qui regroupera l'ensemble des savoirs de l'époque. Bien sûr, les différents auteurs de cette période seront victimes de nombreuses critiques, et seront emprisonnés, exilés, et certaines de leurs œuvres seront censurés.

Lieu : Au début du roman, en Westphalie, puis Hollande, Portugal, en Amérique, au Paraguay, au pays d'eldorado, en Italie, à Constantinople. Candide effectue un voyage à travers le monde pour en tirer un enseignement.

Personnages : -Candide, le personnage principale.
-Le baron Thunder-ten-tronckh
-La baronne Thunder-ten-tronckh, la femme du baron.
-Le fils du baron Thunder-ten-tronckh.
-Cunégonde, fille du caron, cousine et amoureuse de Candide.
-Pangloss, professeur de métaphysico-théologo-cosmolonigologie, précepteur de Candide et de Cunégonde.
-Paquette, femme de chambre de la baronne.
-Cacambo, valet de Candide.
-Martin, compagnon de voyage de Candide.
-La vieille, bienfaitrice de Cunégonde.
-Jacques l'anabaptiste, bienfaiteur hollandais de Candide au début du conte jusqu'à sa noyade après avoir sauvé un autre homme.
-Vanderdendur, négociant escroc.




Thèmes : Le thème principal du roman est la condition humaine. L'auteur raconte l'histoire d'un jeune homme, naïf et insouciant, qui part à l'aventure, voyager dans le monde. Il découvrira au fil de son voyage l'horreur de l'homme et sa nature cruelle. Il prend les thèmes de l'esclavage, de l'escroquerie, de la violence, des autodafés, de la haine, du racisme, de la guerre, de la haine, etc...


Morceau choisi :

Le nègre de Surinam

« En approchant de la ville, ils rencontrèrent un nègre étendu par terre, n’ayant plus que la moitié de son habit, c’est-à-dire d’un caleçon de toile bleue ; il manquait à ce pauvre homme la jambe gauche et la main droite. « Eh, mon Dieu ! lui dit Candide en hollandais, que fais-tu là, mon ami, dans l’état horrible où je te vois ?
– J’attends mon maître, M. Vanderdendur, le fameux négociant, répondit le nègre.
– Est-ce M. Vanderdendur, dit Candide, qui t’a traité ainsi ?
– Oui, monsieur, dit le nègre, c’est l’usage. On nous donne un caleçon de toile pour tout vêtement deux fois l’année. Quand nous travaillons aux sucreries, et que la meule nous attrape le doigt, on nous coupe la main ; quand nous voulons nous enfuir, on nous coupe la jambe : je me suis trouvé dans les deux cas. C’est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe. Cependant, lorsque ma mère me vendit dix écus patagons sur la côte de Guinée, elle me disait : « Mon cher enfant, bénis nos fétiches, adore-les toujours, ils te feront vivre heureux, tu as l’honneur d’être esclave de nos seigneurs les blancs, et tu fais par là la fortune de ton père et de ta mère. » Hélas ! je ne sais pas si j’ai fait leur fortune, mais ils n’ont pas fait la mienne. Les chiens, les singes et les perroquets sont mille fois moins malheureux que nous. Les fétiches hollandais qui m’ont converti me disent tous les dimanches que nous sommes tous enfants d’Adam, blancs et noirs. Je ne suis pas généalogiste ; mais si ces prêcheurs disent vrai, nous sommes tous cousins issus de germains. Or vous m’avouerez qu’on ne peut pas en user avec ses parents d’une manière plus horrible.
– Ô Pangloss ! s’écria Candide, tu n’avais pas deviné cette abomination ; c’en est fait, il faudra qu’à la fin je renonce à ton optimisme.
– Qu’est-ce qu’optimisme ? disait Cacambo.
– Hélas ! dit Candide, c’est la rage de soutenir que tout est bien quand on est mal.
Et il versait des larmes en regardant son nègre, et en pleurant il entra dans Surinam. »


Critique du morceau choisi :

Dans cet extrait, Voltaire décrit un homme noir, à qui il manque une jambe et une main. Il n'est vêtu que d'une pièce de tissus qu'il change deux fois dans l'année. Il fait ici la critique de l'esclavage, du racisme, de la violence. Pour ce faire, il utilise l'ironie, en faisant parler l'homme noir avec une très grande légèreté, comme si son état était des plus naturel. « c'est l'usage » ligne 7, « C'est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe. » ligne 10.
De plus, cet homme a été vendu par sa mère, qui semble indifférente à la transaction, et qui considère même offrir une heureuse vie, pleine de richesse et de bonheur à son fils.
« Mon cher enfant, bénis nos fétiches, adore-les toujours, ils te feront vivre heureux, tu as l’honneur d’être esclave de nos seigneurs les blancs, et tu fais par là la fortune de ton père et de ta mère. »
De plus, Voltaire fait ici une critique sévère de l'inquisition et de l'église, qui parle de l'égalité des races et des hommes quel que soit leur couleur, alors que de telles inégalités subsistent dans le monde.
Revenir en haut Aller en bas
https://zelda-twilight.forum2jeux.com
Numby
Kokiri
Kokiri
Numby

Masculin Nombre de messages : 119
Age : 26
Date d'inscription : 23/08/2007

. Empty
MessageSujet: Re: .   . EmptyDim 5 Oct - 23:23

Et tu peux faire pareil avec Zadig ?
Revenir en haut Aller en bas
http://mystic-triforce.heavenforum.com/index.htm
 
.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zelda-Twilight :: Les Membres :: Présentations-
Sauter vers: